L'économie circulaire pour les citoyens

L’économie circulaire ne concerne pas uniquement les entreprises ou les pouvoirs publics ! En réalité, de nombreuses actions peuvent être menées par les citoyens eux-mêmes. Derrière chaque citoyen se cache en effet un consommateur qui, à son échelle, peut devenir acteur de la transition vers une économie plus circulaire, plus respectueuse de l’environnement.

Comment consommer circulaire ?

Hiérarchie des besoins d'achat

Consommer circulaire, c’est se diriger vers des modes de consommation alternatifs et plus responsables, qui nous permettent non seulement de consommer mieux et de dépenser moins, mais également d’intégrer des démarches collectives. S’il n’existe pas de guide de la consommation circulaire, voici quelques exemples de réflexions et de pratiques à destination des citoyens :

  • S’interroger sur ses besoins réels de consommation : quelle sera l’utilité de ce nouvel objet ? En ai-je vraiment besoin ? Ces réflexions permettent de réduire sa consommation et/ou de s’orienter vers d’autres solutions alternatives décrites ci-dessous (emprunter, troquer, acheter en seconde main, etc.).
  • S’assurer de la bonne gestion et de l’utilisation responsable de ses biens, afin d’allonger leur durée d’usage au maximum.
  • S’orienter vers des pratiques de consommation collaborative, telles que le partage ou l’échange entre particuliers de biens (voiture, logement, parking, perceuse, etc.), de services (covoiturage, bricolage, etc.), ou de connaissances (cours d’informatique, communautés d’apprentissage, etc.). Ces pratiques peuvent être réalisées avec ou sans échanges monétaires et permettent d’éviter l’achat de biens de consommation individuels.
  • Favoriser le réemploi, au travers de pratiques de réparation, de réutilisation, d’« upcycling »(soit prolonger la vie de certains objets usagés ou de leurs composants en leur donnant une nouvelle fonction), ou encore par l’achat de biens en seconde main ou le don de biens dont on n’a plus l’utilisation.
  • Se tourner vers l’achat de produits écoconçus, c’est-à-dire des produits mis au point dans l’objectif de réduire au maximum leur impact négatif sur l’environnement. Ils peuvent être fabriqués à base de matières recyclées et plus respectueuses de l’environnement par exemple, ou avoir été conçus/pensés pour durer plus longtemps. Un produit qui est développé pour faciliter sa réparation, sa refabrication, sa réutilisation et encore son recyclage est un produit écoconçu. L’écoconception intègre également les réflexions zéro déchet.
  • Acheter auprès d’entreprises qui pratiquent elles-mêmes la circularité, et soutenir ainsi des pratiques entrepreneuriales plus respectueuses de l’environnement, le plus souvent locales et non délocalisables.

En dehors de ses consommations, le citoyen peut également assurer la bonne gestion de ses propres déchets. D’une part, en respectant les règles de tri, de sorte à permettre à de nombreux matériaux d’être recyclés et, dès lors, être utilisés à nouveau. Et d’autre part, en installant un compost chez lui pour utiliser les matières organiques.

Mais pourquoi consommer circulaire ?

En intégrant ces principes de l’économie circulaire dans leurs pratiques de consommation, les citoyens contribuent à cette transition vers une économie plus responsable. Ils peuvent ainsi influencer les modes de production en consommant mieux et différemment.

Mais ce n’est pas tout ! En consommant circulaire, les citoyens peuvent aussi économiser voire gagner de l’argent. La réparation, le partage et l’achat de seconde main ont une influence directe sur le portefeuille. En mettant certains outils et biens en location, il est également possible de toucher un petit revenu. Enfin, les produits issus de l’économie circulaire sont conçus pour avoir une durée de vie plus longue, et doivent donc être remplacés moins souvent.