24.08.22

"Un produit conçu pour durer, être facile à réparer, à démonter, et finalement à recycler et éviter les déchets, c’est bien. Mais il est également indispensable qu’il soit pratique et apporte une réelle valeur ajoutée à ses utilisateurs."
Clio Brzakala, directrice de Wallonie Design

Si les performances techniques sont l’apanage de l’ingénieur, le designer se concentre plutôt sur l’usage. En d’autres termes, le designer travaille sur la désirabilité, la faisabilité et la viabilité économique des produits, au sens large du terme. « C’est le designer qui fait en sorte que le produit soit désirable », résume Clio Brzakala.

Dans une économie circulaire, le designer aura une approche systémique, qui vise à conserver la valeur ajoutée du produit le plus longtemps possible avant sa fin de vie. Le design circulaire peut ainsi intégrer quatre stratégies : la réutilisation, la remise à neuf, le reconditionnement et le recyclage.

Un produit réutilisable

Cette stratégie consiste à concevoir un produit afin qu’il puisse être réutilisé par de nouveaux utilisateurs. Il sera donc indispensable de travailler avec d’autres spécialistes pour étendre sa durée de vie physique (ingénieur) mais aussi émotionnelle. « En conférant plus de valeur au produit, on fait en sorte que son utilisateur en prendra plus soin, et qu’il aura même envie de le transmettre ».

Les meubles modulables Kewlox, à Eghezée, résistent remarquablement à l’usure : leur structure est garantie à vie. Les clients de Kewlox forment depuis 60 ans une vraie communauté de fans et ces meubles s’achètent cher en seconde main.

Image
Meubles Kewlox

Un produit remis à neuf… en mieux

Ici, le designer va réfléchir dès le départ à l’évolution du produit et faire en sorte que les composants puissent être en grande partie réutilisés, permettant la remise à neuf régulière du produit initial. Il veillera donc à l’assemblage des pièces qui permet un démontage facile, à leur standardisation, à leur compatibilité avec les évolutions possibles et la mise à jour du produit. Le but est de minimiser les besoins en nouveaux matériaux pour que le fabricant puisse recréer un produit neuf.

Au passage, le produit ainsi conçu peut même être « vendu » sous forme d’un abonnement à un service. Le fabricant conserve la propriété du produit, qu’il loue à ses utilisateurs en le remettant régulièrement à neuf ou à jour.

Des pièces réutilisables… ailleurs

En utilisant des pièces standardisées, le designer peut même aller plus loin en facilitant leur démontage afin qu’elle puisse être réutilisées dans la fabrication d’autres produits : c’est le reconditionnement. Cette approche est intéressante dans le cas de plus en plus fréquent de pénurie de certains composants.

Les fabricants auront ainsi intérêt à établir une relation directe et durable avec les utilisateurs afin non seulement de permettre de les retrouver facilement, mais également de permettre un retour d’expérience précieux sur l’utilisation de leurs produits, et le comportement des pièces d’usage.

Aucun obstacle au recyclage

Le designer peut enfin concevoir des produits qui éliminent tous les obstacles au recyclage. Il va donc limiter le nombre de matériaux différents, l’utilisation d’adhésifs, de colorants, de revêtements, l’utilisation de matières dangereuses ou contaminantes. Certains designers conçoivent même des emballages consommables pour des produits alimentaires : il n’y a même plus besoin de les recycler !

La designeuse Vanessa Colignon (Design for Resilience), par exemple, conçoit des produits en chanvre et en lin biodégradables dans un compost ménager. Ses gants de vaisselle sont fabriqués par Ceetex, à Hérinne-lez-Pecq. « Le retour à la Terre est le meilleur recyclage possible ».

Image
Textile design for resilience

Autour du produit aussi

Le design permet également de minimiser certains aspects connexes au produit lui-même, ayant un impact sur les ressources : transport, packaging, stockage, installation, maintenance, nettoyage, etc. L’intervention d’IOL Strategic Design pour les tables BANDI à Awans, par exemple, a été déterminante pour réduire ses coûts de logistique tout en conservant son design unique et une production 100% locale.

« Nous n’avons pas le choix : il nous faudra concevoir de plus en plus de produits « vertueux » et les designers ont un rôle prépondérant à jouer dans cette perspective, car ils permettent de concilier le difficile équilibre entre solution technique idéale et meilleure adhésion possible du public », conclut Clio Brzakala.

Image
Banc rouge Bandi

Photos: 
Dans le texte, du début à la fin: : © Julien Renault pour Kewlox; Design for Resilience ©Vanessa Colignon; ©Bandi
Vignette : ©Bandi
Bannière : Design for Resilience ©Bettina Genten, 2021