24.11.21

Et si l’industrie du futur était aussi circulaire ?

L’agence wallonne du numérique (AdN) s’apprête à lancer début 2022 un appel à projets original de 600.000€* qui va permettre d’ancrer une dimension de circularité dans son programme « industrie du futur ». Les objectifs stratégiques pour l’économie wallonne sont parfaitement en ligne avec l’objectif européen d’effectuer une double transition, numérique et écologique, et de stimuler sa compétitivité. L’AdN a ainsi été chargée d’allier l’économie circulaire avec l’évolution numérique du secteur industriel manufacturier.

En somme, les entreprises industrielles wallonnes peuvent profiter de leur transformation numérique pour, en même temps, opérer leur passage à l’économie circulaire. « Nous voulons faire prendre conscience aux industries manufacturières que l’utilisation des données et des technologies numériques peuvent les aider à être plus durables et résilientes », précise Mélanie Rensonnet, attachée qualifiée à la cellule de coordination de la stratégie Circular Wallonia au sein du SPW.

*Toutes les infos relatives à cet appel seront communiquées prochainement sur notre site economiecirculaire.wallonie.be.

La transition numérique, un levier pour l’économie circulaire

L'accès aux matériaux et aux matières premières est de plus en plus difficile. Les prix des matières premières et les délais de livraison augmentent. Heureusement pour elles, les entreprises qui s’engagent dans la circularité ont plus de flexibilité et sont plus résilientes pour faire face à ce type de crises. Pour cela, elles doivent mettre en place un véritable écosystème qui impliquant toute la chaîne d’approvisionnement : les clients et leurs clients, les distributeurs, les prestataires de services, les fournisseurs, etc.

« Les synergies et les coopérations sont essentielles pour les entreprises souhaitant s’engager dans une économie circulaire », explique Mélanie Rensonnet. Dans un environnement plus complexe, le numérique apporte un appui précieux pour optimiser les flux de matières, financiers et de données.

Les exemples de contribution des technologies numériques à l’économie circulaire sont infinis et couvrent toute la gamme des stratégies circulaires, de la réutilisation au recyclage, en passant par la conception de nouvelles offres et la gestion de la maintenance. Dans une « symbiose industrielle », par exemple, le flux sortant d’une usine de fabrication est utilisé par une autre, ce qui réduit et, dans certains cas, remplace la dépendance d’une entreprise aux matières premières vierges. Les technologies numériques permettent le traçage des flux de matières, éventuellement via l’usage de capteurs permettant « l’internet des objets ». Des algorithmes permettent l’optimisation de la logistique, élément crucial dans la circularité.

Stimuler l’innovation

L’Appel à projets portera une attention particulière aux projets incluant des technologies-clés comme l’intelligence artificielle, l’internet des objets, la simulation numérique, etc. Les porteurs de projets devront veiller à démontrer que ceux-ci participent au ré-ancrage local de processus et activités manufacturières, y compris à travers des projets pilotes innovants au sein des filières sectorielles ou à la création/promotion de nouveaux outils liés à la circularité, au bénéfice du secteur manufacturier wallon.